MESSAHEL APPELLE À LA RÉPARATION DE L’INJUSTICE HISTORIQUE FAITE À L’AFRIQUE

2018-12-16

FREETOWN- Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, qui a pris part samedi à Freetown (Sierra Leone) à la réunion ministérielle du Comité des Dix Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine (UA) sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies (C-10), a appelé à la « réparation de l’injustice historique » faite à l’Afrique.

 

Organisée à l’initiative du Sierra Leone, État membre de l’UA qui assure la coordination du Comité des Dix, cette réunion a eu pour objectif de faire le point sur les négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité et d’examiner les voies et moyens à même de poursuivre les actions arrêtées dans le cadre de l’UA pour promouvoir la position africaine commune sur cette question, basée sur le Consensus d’Ezulwini et la Déclaration de Syrte, et de lui procurer davantage de soutien sur le plan international.

 

Dans son discours à cette occasion, M. Messahel a souligné que « l’Algérie considère que la réparation de l’injustice historique faite à l’Afrique en termes de sous-représentation dans les organes onusiens, requiert de notre part un surcroit d’efforts qui puisse converger vers l’objectif unique visant à faire de notre continent un acteur plus influent sur la scène internationale conformément aux aspirations des pères fondateurs de notre Organisation panafricaine ».

 

Il a ajouté que cet objectif « ne pourra être atteint que si le processus de réforme du Conseil de sécurité est appréhendé dans le cadre global de la réforme de l’Organisation des Nations Unies qui devra viser la démocratisation de cet organe pour lui conférer à terme, davantage de crédibilité à travers une représentation plus équitable de toutes les régions du monde conformément à l’esprit et la lettre de la Décision de l’Assemblée générale 62/557 et les autres résolutions pertinentes à ce sujet ».

 

Le ministre a rappelé, dans le même sillage, que le processus de réforme des Nations Unies « ne peut désormais occulter les réalités géopolitiques actuelles, en particulier la nécessité d’aborder la non-représentation de l’Afrique dans la catégorie des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et sa sous-représentation dans la catégorie des membres non permanents ».

 

Le Comité des Dix est l’organe de l’UA chargé de promouvoir la position africaine commune sur le dossier de la réforme du Conseil de Sécurité des Nations unies, un dossier dont l’importance se fait de plus en plus ressentir dans les relations internationales.

.